Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Analyse d'activités » Des grilles d'analyse variées

Une grille d'auto-analyse


Pour créer cette grille d'auto-analyse à proposer au patient, je me suis appuyée sur deux article du livre de Doris Pierce et collaborateurs, sur "la science de l’occupation pour l'ergothérapie". C'est une possibilité que vous pouvez utiliser bien sûr à votre façon...


Verticalement
Dans le chapitre 16 du livre une mesure des expériences subjectives est présentée par sa créatrice, Karen Atler. Cette mesure se centre sur les expériences de plaisir, de productivité et de ressourcement. Elle parle de profil PPR, dont le c½ur est d'aider les personnes à entrer en conscience que ces trois composantes sont présentes dans toute activité. Ainsi la personne est invitée à noter durant toute une journée (de minuit à minuit) les activités qu'elle fait, où elle les fait, les heures de début et de fin, si elle le fait seule ou avec quelqu'un et enfin de coter les trois items de 1 à 5. (1 : absent à 5: extrêmement haut).

L'idée globale est donc d'aider les personnes à réfléchir sur leurs activités quotidiennes de façon à améliorer la conscience qu'elles en ont. Le fait de mettre en lumière pour les personnes la façon dont elles utilisent des activités au quotidien, pour satisfaire ces trois besoins, va donc selon K.Alter, leur permettre potentiellement de retrouver un meilleur équilibre occupationnel.

Dans ce profil
  • le plaisir a été défini comme le fait d'apprécier le processus. La personne apprécie le moment, sans idée de résultat.
  • Le sentiment de productivité a été défini comme le fait d'avoir atteint un objectif, apporté une contribution, avoir appris quelque chose. C'est l’accomplissement de quelque chose.
  • Le ressourcement est défini comme le fait de se reconstituer en faisant quelque chose.



Horizontalement

Dans le chapitre 18 du même livre, Hans Jonsson propose une catégorisation des activités, un peu différente des 4 domaines habituels d'activités. cette classification se révèle très pertinente pour la réflexion des patients par eux-mêmes, leur permettant de lister les activités de leur vie quotidienne à leur façon. Le travail de recherche de H.Jonsson, s'est basé sur catégories qui ont été identifiées à partir de questionnaires d'un panel de personnes se préparant à la retraite ou étant déjà en retraite. La catégorisation s'est donc faite au plus près des occupations/activités concrètes et vécues par les personnes.


Les 5 premières catégories sont plutôt qualitatives:

  • Occupations très investies
  • Occupations de base (ce qu'on est obligé de faire, routines, habitudes)
  • Occupations sociales (interactions sociales avec les autres)
  • Occupations relaxantes (objectif exclusif de détente)
  • Occupations de type passe -temps (pour faire passer le temps)
Les deux dernières catégories sont plus centrées sur la notion de régularité ou pas, et des activités peuvent donc être dans ces deux catégories.



Il a pu ainsi noter deux schémas distincts d'occupations:

  • Un schéma avec une pauvre signification pour le bien être, incluant l'idée qu'il faut "tuer le temps", avec des activités passe-temps, irrégulières ou de base
  • Un schéma avec une haute signification pour le bien être, incluant l'idée d'avoir assez de temps, avec des activités très investies, relaxantes, régulières ou irrégulières, sociales et de base



Des adaptations

Il est bien sûr possible de mettre une autre catégorisation, ou même de la créer avec la personne ou avec un groupe de patients. Les noms des activités qui entrent dans les grands titres, restent à définir avec la personne (ou le groupe), ce qui permet déjà un premier travail d'identification des activités réellement pratiquées. Il est à noter que le mot d'occupation, tiré du vocabulaire des sciences de l'occupation a été modifié, car encore mal perçu dans notre vocabulaire français.


Il est très intéressant d'être aux côtés de la personne (ou du groupe) qui le remplit, car ce sont les échanges qui vont aussi être sources d'informations pour nous et de retour sur soi approfondi pour la personne ou le groupe concerné. Et enfin, Il est possible de faire le total des différents points attribués par la personne. Cela va lui donner une lecture du pourcentage de plaisir, de productivité ou de ressourcement qu'elle tire de ses activités quotidiennes...avec de nombreuses surprises!


Mon intention n'est pas de l'utiliser comme un bilan à faire évoluer ou pour atteindre un objectif de modification de la façon de vivre de la personne, mais plutôt comme une photographie dont la personne fait ensuite l'usage qu'elle désire. C'est une possibilité de prise de conscience de soi, sous l'angle des activités. La plupart des personnes semblent apprécier de faire leur propre liste et de ne pas entrer dans des catégories trop précises. Enfin, la discussion autour des trois items de plaisir, productivité et ressourcement peut être un source d'interactions très riches, si vous faites cela en groupe. Il est également possible d'imaginer d'autres items, tels que motivation, sens de l'activité ou autre; dans la mesure où il ne s'agit pas d'un bilan validé et reproductible, mais d'une source d'informations et d'interactions.






Activités

Plaisir       
Productivité
Ressourcement

Activités très investies



 
 
 Activités de base



     
 Activités sociales



     
 Activités relaxantes



     
 Activités passe-temps



     
 Activités régulières



     
 Activités irrégulières



     
 Total

     


L’email a bien été copié
L’email a bien été copié
L’email a bien été copié