Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Structures et personnalités » Structure et personnalités

Structures


Selon Freud le psychisme individuel se cristallise, s'organise avec des lignes de force et de faiblesses originales qui ne varient plus ensuite. Il a comparé cela à un cristal qui ne peut se briser que selon ces lignes de faiblesse et ses failles pré déterminées très tôt. On aboutit ainsi à des structures stables : psychose et névrose.

Tant que le sujet n'est pas soumis à de trop fortes épreuves intérieures ou extérieures, il ne sera pas malade et sa structure sera stable. Si les mécanismes de défense du sujet sont débordés par une situation, il pourra développer une névrose ou une psychose, avec leur cortège de symptômes. La névrose ou la psychose sont donc la décompensation visible d'une structure de base. Après un traitement adapté et dans le meilleur des cas, il y aura retour à une stabilité et le sujet retrouvera sa structure de base compensée. Les structures psychotique et névrotique, sont fixes et irréversibles. Et lorsqu’il y a une décompensation, les symptômes vont correspondre à la lignée névrotique ou psychotique. Toutefois, il est, possible, parfois, de relever des mécanismes de défense névrotiques chez des sujets psychotiques (mécanismes de défenses obsessionnels)

Cette lecture psycho-dynamique de la situation semble plus intéressante en ergothérapie où il s'agit de comprendre les processus de thérapie, de création et de conflits intra-psychique. En effet, l'aspect clinique au sens d'une reconnaissance des symptômes ne conduit pas à la compréhension de ces symptômes et ne permet pas d'élaborer les interventions nécessaires.

(Selon J.Bergeret. Abrégé de Psycho-pathologie).



Structure psychotique

  • Pas de distinction entre moi et non moi: le moi est éclaté, inachevé, fragmentaire, fusionnel
  • Conflit entre le ca et la réalité (pulsions et principe de réalité)
  • la libido est narcissique (le courant de la libido est encore sous le primat des pulsion d'auto-conservation, c'est donc la survie psychique qui prime et les liens relationnels ne sont pas encore marqués par une  libido objectale)
  • Angoisse de morcellement (dévoration, liquéfaction, perte de consistance, morceaux de corps dissociés en sont les expressions possibles)
  • Le processus primaire l'emporte avec son caractère impérieux et immédiat : les pulsions ne sont pas liées et les mots ne permettent pas l’expression d’un désir en adéquation avec le besoin. Le sentiment de toute-puissance du nourrisson persiste.


Structure névrotique

  • Le moi existe
  • Le conflit se situe entre le sur moi et le ca (pulsions), à l'intérieur du Moi
  • La libido est objectale et génitale : l’autre, en tant qu’objet d’amour est reconnu et différencié, et investit d’une partie de la libido du sujet
  • Angoisse de castration
  • Les processus secondaires sont efficaces et respectent la réalité : l’énergie psychique est liée, les mots sont en adéquation avec les besoins et les désirs, l’élaboration psychique est possible, la mise en mots et en liens.




Personnalités état-limite


Il existe, selon J.Bergeret, une lignée intermédiaire qui se présente comme une organisation plus fragile et non pas une structure authentique, comme le sont la névrose et la psychose. Cette a-structuration sera donc développée dans cet article pour en montrer les distinctions avec les 2 grandes structures.

Cette a-structure peut, à tout moment, "se figer" dans l’un ou l’autre des cadres voisins solides, soit dans la lignée psychotique, soit dans la lignée névrotique. Mais elle peut aussi "emprunter" des symptômes issus des 2 structures. Les bouffées délirantes en sont un excellent exemple. Ces moments féconds et délirants peuvent sembler relever de la psychose mais ils peuvent tout aussi bien apparaitre chez des personnes états-limites qui pourront donc revenir à leur "état normal".

Cette lignée se retrouve dans les troubles de la personnalité du DSM 5, comme une personnalité état-limite ou border-line. Cette vision des choses suivant les critères de classification clinique, place donc cette personnalité dans les autres personnalités pathologiques. (Voir personnalités pathologiques )

  • Le Moi se défend par un, clivage en bon et mauvais objets, soit au dedans de soi soit projeté sur des objets extérieurs (personnes). Il n’y a pas de clivage du moi comme dans la psychose.
  • Il y a traumatisme initial (émoi génital précoce)qui ne permet pas à la personne d’accéder à l’¼dipe. Le Moi ne peut intégrer cet excès d’excitation sexuelle ou agressive.
  • Le Moi ne peut recourir au refoulement : mécanismes de défense proche de ceux de la psychose.
  • Angoisse : de perte d’objet, séparation, dépression


Cet article est une "digestion" personnelle de concepts psycho-dynamiques,
eux-même issus de publications, de livres, d'articles, de lectures diverses.
Les éventuelles erreurs n'engagent que la responsabilité de la créatrice du site.




| |
Ergopsy - 2015
Infos légales