DECOUVERTESA ne pas manquer !!!!!Schizo-quoi? Exposition virtuelleErgo et sommeilA lire, à découvrirDes sites à visiter COTE CORPSEnregistrements séancesUne pratique intégrativeModalités et indicationsProcessus thérapeutiquesHypnose et douleurLa pleine consciencePENSER SA PRATIQUEEtre ergo en psyGRESM et livre blancMéditations personnellesModèles conceptuelsSoin/thérapie psychique Côté psycho-dynamiqueIntéret d'un tel modèleApports de WinnicottApports de FreudApports de R.Roussillon Apports de D.AnzieuApports de Mélanie KleinModèles en ergothérapie ENSEIGNEMENT Enseigner l'ergo en psyCours IFE NancyMétaphores scolairesMémoiresMémoires ergos Mémoires ergos psychoseQuestionnaires ergoDISPOSITIF THERAPEUTIQUEPourquoi et comment? Relation thérapeutiqueCadre thérapeutique Activités et médiationsAnalyses réflexivesAnalyses de pratiques Analyse d'activitésAnalyse d'ateliersStructurer la thérapieDispositif institutionnelProcessus d'interventionDonner du sens Objectifs ou processus? Co-construire des objectifsProcessus thérapeutiquesCLINIQUEHistoires ou cas cliniques?Structures et personnalitésPathologiesAu cinémaEn addictologieLettre oubliée Addictologie et ETPAtelier d'écriture Obésité et TCAEn chirurgie bariatriqueArticle ETPDES PRATIQUESJouer Cadre et analysesExpression Des squigglesCompétencesEmotionsAutonomie Jeu de la maisonWebinaire ANFE 2021Vivre ses émotionsThéories Des pratiques en PsyRéhabilitationGroupe Autonomie-Projets Groupe ressourcesDeltamorphosesEn milieu ferméUn espace thérapeutiqueHistoire d'espacesFORMATIONS Formations JEUX Formation EMOTIONSAutres professionnels
Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Côté psycho-dynamique » Apports de R.Roussillon

R.Roussilon et le médium malléable

R.Roussilon et le médium malléable Zoom sur R.Roussilon et le médium malléable

René Roussillon est psychanalyste, psychologue et professeur émérite de psychologie à l'université Lumière Lyon 2, membre de la Société psychanalytique de Paris.

Il a développé le concept de médium malléable, qui peut nous aider dans le choix des matières à proposer en thérapie médiatisée, nous permettre de réfléchir à notre attitude thérapeutique, mieux comprendre la fonction de symbolisation présente à travers la matière et le fait de jouer.





Médium malléable

Le concept de médium malléable a été développé d'abord par Marion Milner et repris par René Roussillon à partir des concepts d’environnement suffisamment bon. Selon R.Roussillon, le médium malléable doit avoir des caractéristiques particulières:

  • Avoir une disponibilité inconditionnelle
  • Être prévisible et constant
  • Être transformable et adaptable
  • Être sensible et réceptif
  • Suffisamment non destructible. Ce dernier point est important car l’environnement doit pouvoir survivre aux attaques.


Le type de matière répondant le mieux à ces caractéristiques est la pâte à modeler. Cette matière va en effet, permettre à la personne de pouvoir explorer ses capacités à mettre en formes, en représentations et à recommencer encore et encore. Mais cette matière est souvent liée au monde  de l'enfance et, dans un atelier, il reste parfois difficile de le proposer. L'argile est un médium partiellement malléable, proche de la pâte à modeler, permettant de fixer la représentation par la cuisson et de faire expérimenter la notion de permanence de l'objet, mais n'ayant pas autant de possibilités de résistance à la destructivité. Selon les qualités des matières proposées, les expériences potentielles proposées seront différentes: expériences liées à la construction ou à la destructivité, à un certain type de sensorialité, au sentiment de continuité et de permanence, à des expériences créatives et projectives. (voir expériences signifiantes)



Thérapeute "malléable"

R. Roussillon, dans le « Manuel de médiations thérapeutiques » (2013, Dunod, Paris), évoque cette notion d’un médium malléable nécessaire en thérapie, tant sur le plan de la médiation dans son sens le plus concret et matériel, que sur le plan humain. Cette notion de malléabilité nécessite pour lui de s’appliquer au thérapeute qui doit être dans « un accompagnement (en) s’ajustant en permanence au besoin du développement de l’illusion » et ainsi « il doit rendre une partie de lui-même plastique et transformable en fonction du processus transférentiel auquel il est soumis ».

Le thérapeute doit donc tendre à s’approcher des qualités du médium malléable, et notamment dans la résistance à la destructivité de la personne. Il ou elle doit donc être capable aussi de proposer un environnement médium malléable afin d’aider à la création ou au développement de l’appareil psychique de l’enfant ou de l'adulte, pour qu’il puisse se construire un dedans et un dehors, pour pouvoir apprendre à patienter, à décaler, à se différencier de l’autre, à se représenter les choses, à pouvoir accéder à la symbolisation et l’activité représentative.


Jeu et travail psychique

René Roussillon, dans un article sur « Le jeu et le potentiel » se pose la question du sens du jeu. Il se demande si le jeu est le simple comportement ludique visible ou si le mot de jeu pourrait désigner un certain type de fonctionnement psychique. Ce questionnement nous conduit donc à différencier le jeu formel et le jeu pris comme la métaphore d’une capacité de travail psychique, permettant de faire jouer au dehors les éléments psychiques qui se trouvent au-dedans. Cette conception du jeu comme modèle du travail psychique, nous permet ainsi de penser que l’utilisation de certains types de jeu, va permettre aux personnes de remettre en jeu et en scène, des éléments intra-psychiques. C’est donc par le jeu avec un Médium Malléable que l’enfant ou l’adulte se donnent une représentation symbolique de leur expérience. (voir Travail clinique et jeu).


R. Roussillon distingue ainsi plusieurs sortes de jeux:

  • Le jeu intrasubjectif, c’est-à-dire le jeu avec les représentations psychiques, face à soi-même, comme le rêve
  • Le jeu auto-subjectif, c’est-à-dire un jeu seul mais en présence d’un autre qui se contente d’une adresse muette
  • Le jeu intersubjectif, c’est-à-dire un jeu en présence de l’autre et qui nécessite l’interaction d’un autre objet pour soutenir la découverte


Symbolisation primaire et secondaire


R.Roussillon nous permet aussi de mieux comprendre la distinction entre symbolisation primaire et secondaire, concepts développés par Freud.


  • Les processus primaires, ou symbolisation primaire, dont le modèle initial est celui du travail du rêve. Ce sont les processus par lesquels la trace mnésique perceptive initiale, inscrite dans le ressenti corporel est transformée en représentation de choses.
  • Les processus secondaires, ou symbolisation secondaire, par lesquels la représentation de choses est transformée en représentation de mot, ou autrement dit, est traduite dans l’appareil à langage verbal.(Voir Travail de symbolisation)




Les écrits de ce site sont la propriété intellectuelle de sa créatrice, Muriel Launois, et n'engagent qu'elle.
Il est possible d'utiliser tout ou partie des élaborations proposées, en citant vos sources.
Merci d'avance d'en respecter l'esprit.






| |
Ergopsy - 2015
Infos légales