Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Accompagner les processus » (Se)transformer

Projection et introjection

Projection et introjection Zoom sur Projection et introjection

Deux processus psychiques sont un peu particuliers et peuvent être développés d'une façon plus approfondie. Il s'agit de la projection et de l'introjection, passages du dedans vers le dehors et du dehors vers le dedans. Ces deux processus peuvent être considérés à la fois comme des mécanismes de défense, puisque leur but est d'éviter l'angoisse, mais aussi comme les processus de base constitutifs du psychisme d'une personne.

Ce sont, en quelque sorte, des mécanisme originaires qui vont continuer à être utilisés tout au long de la vie par le sujet, à des fins défensives, parfois constructives ou pathologiques. L'alternance projection-introjection est ce qui va permettre progressivement l'identification, en particulier l'introjection.





La projection
 

Lors de la pratique d'une activité, des expériences projectives vont pouvoir être vécues par les patients. La projection est un mouvement du dedans de soi vers le dehors. C'est un processus de défense décrit par Freud.Ces expériences ne sont pas à confondre avec les techniques dites projectives, proposées le plus souvent par les psychologues, dans l'intention de permettre à l’inconscient de la personne de s'exprimer. Cette dimension de la projection intéresse les personnes névrosées, dépressives, hystériques, anorexiques, alcooliques et même psychotiques, mais de différentes façons. La projection peut se réaliser dans toute situation. Toutefois, plus les activités sont créatives, libres d'apprentissage et de modèles, plus l'inconscient de la personne pourra se projeter dans la matière ou l'objet, voir même dans les gestes et les façons de faire. Plus il y a de modèles ou d'apprentissage technique, long, complexe, contraignant, moins il y aura de projection de la dimension inconsciente de la personne.

Une médiation créative, proposée de façon non directive, permet donc la concrétisation des mouvements pulsionnels, des contenus psychiques, des formes inconscientes personnelles et des émotions brutes difficiles à verbaliser. Parce que tout cela s'inscrit ainsi, concrètement, objectivement dans un objet, la médiation permet une mise à distance Les fantasmes, les conflits intra-psychiques sont donc projetés, qu'ils soient reconnus et nommés, ou déguisés. Cela n'est plus simplement à l'intérieur de soi, mais devient objet, support d'une parole possible de soi et d'autrui. Le contenu psychique ainsi dévoilé, exprimé, exposé parfois, acquiert une vie propre et devient un miroir pour la personne. Elle peut s'y reconnaître, en refuser ce qu'elle y perçoit, ou parfois même, ne pas reconnaitre que cela vient d'elle.


Les mouvements pulsionnels qui vont s’inscrire dans un objet vont pouvoir devenir signifiants. L’objet sera alors porteur d’un sens dans l’histoire du sujet. Le plus souvent ce signifiant personnel est inconscient. Il est toujours légitime de se poser la question de l'interprétation ou non de cette émergence créative. Ce qui est important, c'est peut-être de favoriser la conscience que cela a du sens, toujours pour ramener le sujet dans la dimension du sens, de la parole et du symbolique. Cette dimension de la projection, qui peut donner lieu à une recherche du sens, est essentiellement issue des théories psychanalytiques postulant que chaque geste, chaque acte, chaque pensée trouve son origine dans l'inconscient et en témoigne à sa manière. C’est cette compréhension progressive des mouvements intérieurs psychiques qui va permettre de soustraire de l’énergie aux contenus psychiques pathologiques. Cette dimension n’est présente en ergothérapie que si le ou la thérapeute en fait lui-même l’expérience au préalable et si le sujet en a les capacités et en exprime le désir.


La projection peut prendre diverses facettes:
  • Elle est un mécanisme de défense du moi, qui consiste à attribuer à autrui ou même à une chose, des parties psychiques de soi-même (désir, sentiments, qualités, etc...). Ce mécanisme de défense, s'il est utilisé parmi d'autres, de façon souple et avec une prise de conscience possible, est une solution accessible et utilisable par tout individu.
  • Utilisé de façon univoque, rigide, pathologique, il est le principal moteur, mécanisme de la paranoïa. Le paranoïaque va attribuer à autrui, de façon délirante et dans un déni absolu de la réalité, ses propres sentiments d'amour ,retournés en haine "Ce n'est pas moi qui l'aime, c'est lui qui m'aime. Il ne m'aime pas, il me hait."
  • *Nous retrouvons aussi ce mécanisme de défense chez le phobique qui expulse son angoisse intérieure dans un objet symbolique qu'il peut plus facilement contrôler. (Animaux, ascenseurs, grands espaces, etc...). Ces personnes sont rarement hospitalisées en psychiatrie, car il leur suffit, le plus souvent , de s'éloigner de l'objet de leur phobie. Les personnes présentant des phobies sociales peuvent avoir besoin d'aide et de soins.


L'introjection


L'introjection est le second mécanisme de défense qui nous permet de nous constituer, en intégrant dans notre psychisme des éléments venus de l'extérieur. Cette introjection permettra donc un effet de retour, dans le psychisme de ce qui a été préalablement projeté, mais permettra aussi d'intégrer des éléments liés aux autres, à la matière, à l'objet, à l'attitude du ou de la thérapeute, etc... Il est donc important de bien définir les deux processus de la projection et de l'introjection pour mieux comprendre  ce qui se passe lors de la réalisation d'une activité concrète et matérielle.

L’inscription dans la réalité d’un matériau, d’une peinture, d’une peinture, d’éléments psychiques de la personne va avoir des effets de retour dans son psychisme. Toute médiation par son apport de découvertes, sensorielles, relationnelles, gestuelles, psychiques, va enrichir l'espace intérieur du sujet. La médiation agit sur la personne qui agit sur le matériau, et ainsi de suite. Ce double mouvement permet la réflexion, au sens du miroir. L'objet est le témoin de ce double mouvement.


La découverte faite lors des séances, si elle s’intègre à la vie du sujet, aura eu un potentiel efficace de transformation. C'est à dire que ce qui se sera passé pour le sujet dans son moment thérapeutique, aura été relié à son histoire personnelle et aura pu changer véritablement quelque chose dans sa façon de vivre, d'être, d'appréhender la réalité extérieure ou son espace psychique personnel. Il y a une intégration des processus thérapeutiques, qui se prolongent dans la vie du sujet. C'est uniquement si des transformations ont lieu dans la vie réelle du sujet, que la thérapie aura été efficace.
C'est le processus de l' introjection qui va pouvoir aider la personne à intégrer des éléments dans son psychisme.



(voir mécanismes de défense chez Freud)
(Voir identification projective chez M. Klein)



Les écrits de ce site sont la propriété intellectuelle de sa créatrice et n'engagent qu'elle.
Il est possible d'utiliser tout ou partie des élaborations proposées, en citant vos sources.
Merci d'avance d'en respecter l'esprit.




| |
Ergopsy - 2015
Infos légales