Discussions
Forum
DECOUVERTESA ne pas manquer !!!!!Exposition virtuelleErgo et sommeilA lire, à découvrirDes sites à visiter COTE CORPSEnregistrements séancesUne pratique intégrativeProcessus thérapeutiquesHypnose et douleurLa pleine consciencePENSER SA PRATIQUEEtre ergo en psyGRESM et livre blancMéditations personnellesModèles conceptuelsSoin/thérapie psychique Côté psycho-dynamiqueModèles en ergothérapie ENSEIGNEMENT Enseigner l'ergo en psyCours IFE NancyMétaphores scolairesMémoiresMémoires ergos Mémoires ergos psychoseQuestionnaires ergoDISPOSITIF THERAPEUTIQUEPourquoi et comment? Relation thérapeutiqueCadre thérapeutique Activités et médiationsAnalyses réflexivesAnalyses de pratiques Analyse d'activitésAnalyse d'ateliersStructurer la thérapieDispositif institutionnelProcessus d'interventionDonner du sens Objectifs ou processus? Co-construire des objectifsProcessus thérapeutiquesCLINIQUEHistoires ou cas cliniques?Structures et personnalitésPathologiesAu cinémaEn addictologieLettre oubliée Addictologie et ETPAtelier d'écriture Obésité et TCAEn chirurgie bariatriqueArticle ETPDES PRATIQUESJouer Cadre et analysesConcepts et dispositifExpériences signifiantesExpression Des squigglesRessources-compétencesEmotionsAutonomie Jeu de la maisonWebinaire ANFE 2021Vivre ses émotionsThéories Des pratiques en PsyRéhabilitationGroupe Autonomie-Projets Groupe ressourcesDeltamorphosesEn milieu ferméUn espace thérapeutiqueHistoire d'espacesFORMATIONS Formations JEUX Formation EMOTIONSAutres professionnels
Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Cadre et analyses » Expériences signifiantes

Expériences relationnelles


"L'acte de communiquer ne se traduit pas par un transfert d'information depuis l'expéditeur vers le destinataire, mais plutôt par le modelage mutuel d'un monde commun au moyen d'une action conjuguée. Il s'agit de constituer un véritable réseau continu de gestes conversationnels, non pas pour en faire un outil de communication mais pour créer une véritable trame sur laquelle se dessinera notre identité". (Varella)


Notre dynamique interne est en constante recherche d'équilibre entre nous-même et notre environnement. Établir et maintenir un lien entre nous et les autres, consiste à donner et à recevoir, à percevoir et à agir, en d'autres termes à établir et maintenir un constant échange entre l'intérieur et l'extérieur, entre nous et autrui (personnel ou groupal). Découvrir les notions de communication, d'aide, d'entraide, d'empathie, de tenir compte de l'avis d'autrui sont quelques unes des expériences possibles. Être dans un groupe, tout en conservant son espace psychique personnel, s'affirmer, se comparer, s'identifier, viennent s'inscrire comme autant de découvertes favorisées par la situation groupale. Enfin les notions de dépendance et d'indépendance sont à interroger dans ce cadre relationnel.

Il s'agit, dans tous les cas de pouvoir vivre deux sentiments complémentaires: être distingué des autres ET être intégré dans un groupe.



Relation à soi-même, à autrui, au groupe

La définition même de la relation est basée sur l'existence de deux personnes et la notion de communication entre l'un est l'autre est l'un des points clefs. Mais il est possible aussi de regarder cette idée de relation sous d'autres angles, la relation à soi-même et la relation au groupe.

Relation à soi-même
La relation à soi-même est centrée sur la capacité de toute personne à se connaître, à s'écouter ou non, à savoir entendre et respecter ses besoins et se désirs, à oser exprimer ses demandes, à s'autoriser ou non à se faire plaisir, etc...Cette capacité à s'écouter et se connaître s'inscrit, en thérapie, dans la dimension de l' introspection. Dans le domaine du jeu, l'introspection sera différente, dans le sens où la personne ne va pas aller explorer les voies qu'elle aura choisi, mais celles proposées par le ou les jeux. Une autre différence est aussi à noter, c'est la profondeur e cette introspection. Il serait plutôt possible de parler d'une amorce d'introspection, dans le domaine des jeux d'expression. (voir aussi expériences identitaires)


Relation à autrui

  • Possibilités de communiquer (avec un émetteur et un récepteur ayant un minimum de références communes)-capacité ou non d'empathie (tenter de raisonner avec le cadre de référence d'autrui mais sans se mettre à sa place, ni se confondre avec autrui)
  • Capacités de collaboration, d'éprouver des sentiments d'identité et de différenciation, d'entraide, de soutien, etc...
  • Cette dimension de la relation à autrui s'inscrit, en thérapie, dans la dimension nommée transfert/contre transfert, qui sont l'ensemble des réactions affectives conscientes et inconscientes, d'une part du patient, d'autre part du thérapeute. Cela nécessite la reconnaissance de l'autre comme sujet, ce qui n'est pas toujours acquis pour tous les patients. Dans le cadre des jeux, surtout en groupe, les transferts et contre-transferts sont comme "dilués" par l'effet du groupe, avec des transferts collatéraux, des alliances conscientes et inconscientes si la personne a besoin d'un étayage face à l'angoisse ressentie par certaines personnes en situation de grouped'être en groupe. 
Relation au groupe
  • Capacité à entrer en relation avec plusieurs personnes sans perdre son sentiment d'identité personnelle.Les jeux d'expression vont favoriser une distinction de son identité, tandis que les squiggles vont plutôt proposer une expérience de "fusion" groupale océanique, donc peu indiqué pour des personnes psychotiques, du moins en grand groupe.
  • Capacité à éprouver des sentiments de communauté, d'identifications multiples, de distinctions, d'illusion groupale de tolérance des difficultés des autres patients. (voir constitution d'un appareil psychique groupal)
  • En thérapie, cette capacité de relation au groupe est utilisée et analysée dans le cadre de la dynamique de groupe. Voir un powerpoint sur la constitution des groupes, et la grille de Bales , un outil pour analyser la dynamique d'un groupe. (Voir aussi dans la section modalités:  thérapie de groupe)


Quelques questions:

  • Dans quelle mesure l'outil-jeu permet-il une relation avec les autres personnes?
  • De quel type est cette relation: compétition ou collaboration, directe ou indirecte, verbale ou gestuelle, etc?
  • Favorise t-il une relation entre soi et soi, de type pré-introspective, réflexive?
  • Est-ce un jeu favorisant les interactions groupales ou isolat chaque individu?



Dépendance ou indépendance


Les jeux vont permettre à la personne d'expérimenter des situations de dépendance, d'interdépendance, d'autonomie ou d'indépendance. Selon les jeux proposés, individuels, solitaires ou groupaux, il va être possible d'expérimenter toute une palette d'attitudes variées. Dans les jeux groupaux, les personnes vont découvrir l'interdépendance, le fait qu'il faille attendre que l'autre ait joué à son tour avant de pouvoir jouer au sien. Les jeux sont une possibilité de retrouver des interactions que nous vivons dans notre quotidien, mais sans les enjeux relationnels habituels qui sont comme mis entre parenthèse le temps du jeu.


Il est à noter que le notion même de jeu, par sa référence à l'enfance si la personne n'est pas joueuse dans son quotidien, risque de réveiller des attitudes tout à tour, ludiques, enfantines ou même infantiles. Toutes les personnes n'ont pas conscience de leur enfant intérieur...La notion de dépendance à autrui peut aussi se remarquer dans le fait de répéter les réponses données par une ou des autres personnes. Lorsque quelqu’un ne parvient pas à choisir, donner un avis personnel, faire du lien entre une phrase et sa propre histoire, il est possible de se dire que le sentiment d'identité demeure dépendant de l'autre.


Il est important que la personne puisse expérimenter les deux attitudes,dépendance et indépendance, de façon pertinente et à "bonnes doses" suivant le moment de la thérapie, ses besoins, son histoire personnelle. L'indépendance ou l'autonomie totale sont des illusions nécessaires mais il ne faut pas oublier que nos relations sont faites d'interdépendance et de relations d'étayage. Le temps des jeux, est aussi une occasion, pour le thérapeute, de s'interroger sur sa façon de prendre soin de l'autre, d'étayer, d'aider ou de laisser faire. (voir relation thérapeutique)


Les questions à se poser:

  • Quelles est la nature et l'étendue de la dépendance à une personne ou à une règle?
  • Dans quelle mesure l'implication requiert la dépendance à une tierce personne pour l'apprentissage ou la performance?
  • Quelle est la fréquence des nouvelles expériences qui nécessitent la dépendance à une autre personne?
  • Dans quelle mesure la responsabilité personnelle est possible? Quelle est la nature de cette responsabilité?
  • Expression de l'autonomie ou de l'hétéronomie : capacité décisionnelle, de choisir, de se détacher du modèle de l'autre, des réponses d'une autre personne?




Les écrits de ce site sont la propriété intellectuelle de sa créatrice et n'engagent qu'elle.
Il est possible d'utiliser tout ou partie des élaborations proposées, en citant vos sources.
Merci d'avance d'en respecter l'esprit.





| |
Ergopsy - 2015
Infos légales