Enregistrements séancesMEMOIRESAppel à projetQuestionnaire doctorantsQuestionnaires ergoMémoires ergos Mémoires ergos psychoseENSEIGNEMENT Enseigner l'ergo en psyCours IFE NancyMétaphores scolairesPENSER SA PRATIQUEEtre ergo en psyGRESM et livre blancMéditations personnellesModèles conceptuelsSoin/thérapie psychique Côté psycho-dynamiqueModèles en ergothérapie DISPOSITIF THERAPEUTIQUEPourquoi et comment? Relation thérapeutiqueCadre thérapeutique Activités et médiationsActivités ou médiations?Activités thérapeutiquesMédiations expressives Expériences signifiantesObjet: Fonctions et destinsAnalyses réflexivesAnalyses de pratiques Analyse d'activitésAnalyse d'ateliersStructurer la thérapieDispositif institutionnelProcessus d'interventionDonner du sens Objectifs ou processus? Co-construire des objectifsProcessus thérapeutiquesCLINIQUEHistoires ou cas cliniques?Structures et personnalitésPathologiesAu cinémaEn addictologieLettre oubliée Addictologie et ETPAtelier d'écriture DES PRATIQUESJouer Cadre et analysesCognition et compétitionExpression et coopérationDes squigglesVivre ses émotionsDes pratiques en PsyEn chirurgie bariatriqueRéhabilitationGroupe Autonomie-Projets Jeu de la maisonDeltamorphosesEn milieu ferméUn espace thérapeutiqueHistoire d'espacesCOTE CORPSUne pratique intégrativeModalités et indicationsProcessus thérapeutiquesLa pleine conscienceFORMATIONS Formations ANFE Formation IFE NancyAutres professionnelsDECOUVERTESA lire, à découvrirDes sites à visiter
Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Activités et médiations » Expériences signifiantes

Expériences relationnelles

Expériences relationnelles Zoom sur Expériences relationnelles   

"L'acte de communiquer ne se traduit pas par un transfert d'information depuis l'expéditeur vers le destinataire, mais plutôt par le modelage mutuel d'un monde commun au moyen d'une action conjuguée. Il s'agit de constituer un véritable réseau continu de gestes conversationnels, non pas pour en faire un outil de communication mais pour créer une véritable trame sur laquelle se dessinera notre identité". (Varella)







Notre dynamique interne est en constante recherche d'équilibre entre nous-même et notre environnement. Établir et maintenir un lien entre nous et les autres, consiste à donner et à recevoir, à percevoir et à agir, en d'autres termes à établir et maintenir un constant échange entre l'intérieur et l'extérieur, entre nous et autrui (personnel ou groupal). Découvrir les notions de communication, d'aide, d'entraide, d'empathie, de tenir compte de l'avis d'autrui sont quelques unes des expériences possibles. Être dans un groupe, tout en conservant son espace psychique personnel, s'affirmer, se comparer, s'identifier, viennent s'inscrire comme autant de découvertes favorisées par la situation groupale. Enfin les notions de dépendance et d'indépendance sont à interroger dans ce cadre relationnel.

Il s'agit, dans tous les cas de pouvoir vivre deux sentiments complémentaires: être distingué des autres ET être intégré dans un groupe.



Relation à soi-même, à autrui, au groupe

La définition même de la relation est basée sur l'existence de deux personnes et la notion de communication entre l'un est l'autre est l'un des points clefs. Mais il est possible aussi de regarder cette idée de relation sous d'autres angles, la relation à soi-même et la relation au groupe.

Relation à autrui
  • Possibilités de communiquer (avec un émetteur et un récepteur ayant un minimum de références communes)-capacité ou non d'empathie (tenter de raisonner avec le cadre de référence d'autrui mais sans se mettre à sa place, ni se confondre avec autrui)
  • Capacités de collaboration, d'éprouver des sentiments d'identité et de différenciation, d'entraide, de soutien, etc...
  • Cette dimension de la relation à autrui s'inscrit, en thérapie, dans la dimension nommée transfert/contre transfert, qui sont l'ensemble des réactions affectives conscientes et inconscientes, d'une part du patient, d'autre part du thérapeute. Cela nécessite la reconnaissance de l'autre comme sujet, ce qui n'est pas toujours acquis pour tous les patients.
Relation à soi-même
La relation à soi-même est centrée sur la capacité de toute personne à se connaître, à s'écouter ou non, à savoir entendre et respecter ses besoins et se désirs, à oser exprimer ses demandes, à s'autoriser ou non à se faire plaisir, etc...Cette capacité à s'écouter et se connaître s'inscrit, en thérapie, dans la dimension de l' introspection. (voir aussi expériences identitaires )

Relation au groupe
  • Capacité à entrer en relation avec plusieurs personnes sans perdre son sentiment d'identité personnelle.
  • Capacité à éprouver des sentiments de communauté, d'identifications multiples, de distinctions, d'illusion groupale de tolérance des difficultés des autres patients. (voir constitution d'un appareil psychique groupal)
  • En thérapie, cette capacité de relation au groupe est utilisée et analysée dans la cadre de la dynamique de groupe. (Voir thérapie de groupe)



Dépendance ou indépendance


L'activité proposée va permettre à la personne d'expérimenter des situations de dépendance, d'interdépendance, d'autonomie ou d'indépendance. Ces notions peuvent devenir des occasions d'expérimenter toute une palette d'attitudes, oscillant entre un extrême et l'autre. Il est important que la personne puisse expérimenter les deux attitudes, de façon pertinente et à "bonnes doses" suivant le moment de la thérapie, ses besoins, son histoire personnelle. L'indépendance ou l'autonomie totale sont des illusions nécessaires mais il ne faut pas oublier que nos relations sont faites d'interdépendance et de relations d'étayage. Les activités sont aussi des occasions, pour le thérapeute, de s'interroger sur sa façon de prendre soin de l'autre, d'étayer, d'aider ou de laisser faire. (voir relation médiatisée)

Les questions à se poser:


  • Quelles sont la nature et l'étendue de la dépendance à une personne ou à une structure (règles, patrons, etc...)?
  • Dans quelle mesure l'implication requiert la dépendance à une tierce personne pour l'apprentissage ou la performance?
  • Quels sont les besoins nécessaires pour guider, aider, établir des règles, des limites... ? Quelle est la nature de l'assistance et du support?
  • Quelle est la fréquence des nouvelles expériences qui nécessitent la dépendance à une autre personne?
  • Dans quelle mesure la matière, les techniques ou les objets font référence au monde de l'enfance et risquent d'encourager la dépendance?
  • Quelles sont les possibilités de planification ? Ces possibilités sont de quelle nature?
  • Dans quelle mesure le procédé peut être amélioré ou entravé par des tentatives personnelles ou créatrices?
  • Dans quelle mesure la responsabilité personnelle est possible? Quelle est la nature de cette responsabilité?
  • Expression de l'autonomie ou de l'hétéronomie : capacité décisionnelle, de choisir, de se détacher du modèle...




Les écrits de ce site sont la propriété intellectuelle de sa créatrice et n'engagent qu'elle.
Il est possible d'utiliser tout ou partie des élaborations proposées, en citant vos sources.
Merci d'avance d'en respecter l'esprit.





| |
Ergopsy - 2015
Infos légales