Cabinet en ligneHumour ZergoSite schizo-quoi? GRESMBiblio and COFORMATIONS Formations JEUX Formation EMOTIONSDes exemplesENSEIGNEMENT Enseigner l'ergo en psyPowerpoint de coursCours IFE NancyCours IFE AlençonCours IFE LavalCours IFE PoitiersMétaphores scolairesMémoiresMémoires ergos Mémoires ergos psychoseCOTE CORPSRelaxation active et hypno-relaxationMoi-peau de D.AnzieuUne pratique intégrativeProcessus thérapeutiquesEnregistrements séancesAutres pratiques Hypnose et douleurLa pleine conscienceNévralgies pelviennesErgo et sommeilPENSER SA PRATIQUE Paradigmes, approches, courants ou modèles? Paradigme bio-psycho-socialLes fondements de l'ergoModèles de pratique ergoModèles inter-disciplinairesEtre intégratif???Réflexions diversesEtre ergo en psyWebinaire santé mentaleLettre oubliée (addictologie)Méditations personnellesCOTE CLINIQUEContextes des soinsC'est quoi la clinique?Histoires ou cas cliniques?Les différentes pathologiesDEMARCHE D'INTERVENTIONPatient centréLes étapesObjectifs et processus(Se)transformer? MOYENS THERAPEUTIQUESSavoir créer un dispositifRelation médiatiséeCadre thérapeutique Modalités thérapeutiquesActivités et médiationsExpériences potentiellesAnalyses réflexivesJEUX THERAPEUTIQUESConcepts et dispositifContextes-concepts jeuxDispositif ludiqueExp potentielles jeuxWebinaire ANFE 2021Des outils transversauxJeux d'expressionJeux et émotionsJeux et autonomieJeu de la maisonJeux et ressourcesJeux cognitifsMEDIATIONS PROJECTIVESContexte-conceptsDu côté psychothérapieConcepts psycho-dynamiquesProcessus thérapeutiquesLa question identitaireCréation et sublimationElaboration psychiqueAtelier d'expression Créer un espace sécureMédiations projectives Grille d'analyse médiationsDes outils projectifsHistoires de thérapiesDes squigglesDu côté de chez WinnicottSquiggle en individuelSquiggle groupal Argile vivanteConsignes créativesVillages imaginairesAtelier d'écriture Les petites bouteillesMédiation sonoreDU COTE DE L'OBJETConceptsTransionnalitéDésir de réparationDestin de l'objetProcessus thérapeutiquesAu coeur du gesteLe FaireLa valorisationFabrication du cadreCréer un atelier Grille d'analyse d'activitésHistoires senséesEn milieu ferméUn espace thérapeutiqueHistoire d'espacesDes outilsEt le mandala ???Des objets symboliquesVIVRE SES EMOTIONSThéories Types de dispositifsCréer un atelier émotionsCOMPETENCES ET RESSOURCESContexte-outilRéhabilitation psy-socialeUtiliser l'expressionAutonomie Création d'un atelier AVQGroupe Autonomie-Projets Compétences Créer un atelierGroupe ressourcesDes expos inclusivesDeltamorphosesExposition virtuelleEDUCATION THERAPEUTIQUEContexte-concepts en ETPEn addictologieHistoire de l'atelierCarnet de routeObésité et TCAEn chirurgie bariatriqueArticle ETP By passUn outil ludique
Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Des squiggles » Squiggle groupal

Le choix peau

Le choix peau Zoom sur Le choix peau (Suite de l'article)
Les associations collectives

Alors là moi je vois un bateau, un voilier.
Hein ? Mais si, on voit la voile là, triangulaire. La voile jaune.
Et la coque orange. Il nous amène où? Bof..je vois pas çà moi.
Le titre, c'est quoi ? Le chapeau de clown.
Tu as envie de faire la fête ou quoi ?
C'est un chapeau de fête, un chapeau pointu, un chapeau de clown.
Non, c'est le choix peau d'Harry poter, celui qui dit ce que l'on va devenir...
Oui, ben ça c'est la vraie question en fait


Un objet ou un sujet?

Le dernier dessin s’articule autour d’un objet, un chapeau, dont les patients se demandent s’il est celui d’un clown ou d’un magicien, oscillant entre monde réel et imaginaire. Le choix-peau d’Harry Potter fait un bref passage, conduisant à une interrogation sur leur devenir personnel et leurs choix de vie. Nous nous dirigeons doucement vers la fin de ce temps groupal.

Dans certains groupes, une histoire globale reliant tous les dessins, émerge, comme pour créer un dernier lien groupal et signifiant. Entre les deux séances, j'essaie d'écrire les histoires qui on été ainsi crées, afin de les re-donner aux participants du groupe, comme témoignage de leurs associations d'idées et de leurs capacités collectives de représentations. Les textes leur sont alors donnés et sont vécus comme des témoignages précieux qu'ils conservent "comme souvenirs pour ne pas recommencer les bêtises".
Les dessins collectifs demeureront affichés lors des 2 séances et seront ensuite décrochés. Ils restent alors rangés dans l’atelier, même si parfois certains participants voudraient s’en emparer « pour décorer » chez eux. Je rappelle la différence entre une décoration et un travail d’expression issu des profondeurs psychiques de l’inconscient groupal et dont il faut respecter la confidentialité. Je ne me suis pas encore résolue à annoncer la destruction nécessaire, un jour ou l’autre, de ces productions et j’en reste donc la dépositaire, sur le plan réel et fantasmatique. Pour leur permettre une distance, j’invite aussi les patients à déterminer le dessin qui leur semble faire le plus écho avec eux-mêmes et à mettre quelques mots sur ce choix personnel. Du « nous » au « je ».

Une pause est alors proposée entre les 2 séquences qui structurent les séances (création groupale et réalisation personnelle). Le temps des projets personnels, centrés autour de la notion d’objet, peut alors s’installer. Lorsque j’ai commencé à travailler, j'ai été tentée de ne pas proposer du tout de réalisation concrète d'objet. Je m'obstine d'ailleurs à ne jamais nommer un objet sans le relier à un sens potentiel, dans le dossier du patient pour ne pas tourner l'attention des autres thérapeutes sur le fameux : « Il a fait quoi ? ». En effet, il est alors très difficile de sortir de cette tentation d'identifier le patient à son objet. Mais la demande de l'institution et surtout celle des patients a été très claire. L'objet concret est important.

Certains patients en parlent, lorsqu'ils reviennent en hospitalisation, n’ayant parfois retenu comme souvenir que cet objet concret, utilisé pour rappeler « des bons et des mauvais souvenirs ». Cette dimension de l’objet nous conduit à interroger la dimension du faire et surtout du sens que ce faire peut avoir. Comment aider les personnes à sortir de la fascination du faire pour faire ? Du faire pour « consommer » ; du faire pour combler le vide et remplacer, illusion fréquente, le plaisir de l'alcool par un autre plaisir, comme si une activité pouvait venir se glisser magiquement à la place du produit. Comment donner du sens à un faire parfois fébrile, souvent stéréotypé ?


Un objet magique ou qui a du sens?

Peut-être faut-il déjà s’interroger sur les sens que cela a pour les patients. Souvent, les patients éprouvent le besoin de faire pour réparer leur position de parents ou de conjoints(es) avec force cadeaux de toutes sortes, ou de se réparer eux-mêmes avec force objets esthétiques et valorisants. L’objet, du côté du patient, doit être esthétique et réussi. Il vient alors témoigner de la valeur de la personne et de la valeur qu’elle accorde à la personne qui va recevoir ce cadeau. Valoriser prend parfois des allures de mot magique auquel se raccrocher en première intention, mais cette illusion ne suffira pas à une véritable thérapie qui devrait aussi permettre d’intégrer en soi les parties vécues comme moins bonnes ou carrément mauvaises.

Se pose alors le problème du modèle. Avec modèle, il y a une recherche de réussite pour « coller à ce beau modèle », comme par exemple ceux trouvés dans des livres. Sans modèle, il n'y a pas de représentation mentale possible et je vois les patients chercher tout autour d'eux, quelque chose à quoi se raccrocher. Progressivement, des objets laissés par des patients se sont révélé les modèles les plus efficaces. Ni trop parfaits comme dans les livres, ni trop complexes ou inaccessibles, témoins que d’autres, avant eux, ont pu « faire quelque chose de leurs mains ».

La contenance de certains objets ou de certaines techniques s'est affirmée nécessaire et je ne compte plus le nombre de cadres qui ont émergé de cet atelier. Des cadres trop mous qu'il faut solidifier, des cadres bancals qui réclament des mesures et des règles, des cadres trop fins, des cadres découpés dans le mauvais sens, des incompréhensions entre dedans et dehors, des confusions de mesure. Toutes les difficultés de réalisation de ces cadres débordent largement les « simples » troubles des fonctions exécutives et m'ont invitée à y trouver du sens, pour savoir quel mot poser pour aider le patient à entendre où se situe son « défaut » éventuel de cadre. « Mince, je l’ai encore découpé là où ça devait tenir ».

La réalisation de sa propre liste de plaisirs, revient aussi souvent. Cette liste de plaisir est une démarche comportementale, au même titre que bon nombre des stratégies proposées lors de l’hospitalisation. Elle peut s’inscrire dans une démarche illusoire de remplacement d’un plaisir par un autre, confondant ainsi plaisir et compulsion. Mais elle peut aussi devenir l’occasion de parler du plaisir et de lui donner une place.

La réalisation de "petits objets symboliques" propose plusieurs pistes : capteurs de rêves aux pouvoirs attendus et qui résonnent avec la pensée magique, alphabet des Vikings qui offre une balade dans le sens imaginaire des runes, boîtes de tabac customisées qui deviennent des contenants pour l’argent qui ne sera pas bu, l’origami de la cigale (sans la fourmi), des fleurs qui poussent dans les feuilles de papier de cigarettes, des livres pliés transgressant joyeusement l’aspect idéalisé et sacralisé de la culture, et des c½urs, des c½urs, des c½urs… Ils sont le témoignage de trouvailles, tant matérielles que techniques, que des patients amènent ou que j’apporte. Mais ces trouvailles ne demeurent dans l’atelier que si les patients y reconnaissent quelque chose de bon pour eux et s’ils se les approprient. Les techniques ou les objets insensés, finissent toujours par disparaître.


Un objet pour se réparer


L’intégration de la dimension du prendre soin « suppose que chacun trouve en l’autre et dans le groupe une relation équivalente à celle de la mère suffisamment bonne » . L’expérience de créativité groupale et la présence thérapeutique peuvent proposer des expériences de ce type. Elles permettent ensuite aux patients de prendre soin de leur objet, porté précieusement, protégé, investi affectivement quel que soit son destin, en attendant de pouvoir prendre soin d’eux-mêmes. Et leur fierté de repartir avec un objet fini en dit plus long pour eux, que tout ce qu’ils ont pu dire en séance.

Le départ de la salle est toujours un moment particulier, fait de lenteur, de remerciements, de regards et de poignées de mains. Des départs à plusieurs pour ceux qui attendent toujours les autres, des départs solitaires pour d’autres et toujours le petit dernier qui traîne encore un peu pour discuter ou finir son objet. Car finir cet objet est d’une importance cruciale pour tous, comme témoignage d’un objet sans trou, sans faille, sans cicatrices ou tâches, un objet d’illusion d’une complétude de soi.





Les écrits de cet article sont la propriété intellectuelle Muriel Launois et n'engagent qu'elle.
Il est paru dans : Clinique et médiation (Regards croisés sur les médiations thérapeutiques)
Ouvrage de groupe, sous la direction de Florence Klein, préface de Pierre Delion, L'Harmattan, Paris, Août 2016


| |
Ergopsy - 2015
Infos légales