Enregistrements séancesMEMOIRESAppel à projetQuestionnaire doctorantsQuestionnaires ergoMémoires ergos Mémoires ergos psychoseENSEIGNEMENT Enseigner l'ergo en psyCours IFE NancyMétaphores scolairesPENSER SA PRATIQUEEtre ergo en psyGRESM et livre blancMéditations personnellesModèles conceptuelsSoin/thérapie psychique Côté psycho-dynamiqueModèles en ergothérapie DISPOSITIF THERAPEUTIQUEPourquoi et comment? Relation thérapeutiqueCadre thérapeutique Activités et médiationsActivités ou médiations?Activités thérapeutiquesMédiations expressives Expériences signifiantesObjet: Fonctions et destinsAnalyses réflexivesAnalyses de pratiques Analyse d'activitésAnalyse d'ateliersStructurer la thérapieDispositif institutionnelProcessus d'interventionDonner du sens Objectifs ou processus? Co-construire des objectifsProcessus thérapeutiquesCLINIQUEHistoires ou cas cliniques?Structures et personnalitésPathologiesAu cinémaEn addictologieLettre oubliée Addictologie et ETPAtelier d'écriture DES PRATIQUESJouer Cadre et analysesCognition et compétitionExpression et coopérationDes squigglesVivre ses émotionsDes pratiques en PsyEn chirurgie bariatriqueRéhabilitationGroupe Autonomie-Projets Jeu de la maisonDeltamorphosesEn milieu ferméUn espace thérapeutiqueHistoire d'espacesCOTE CORPSUne pratique intégrativeModalités et indicationsProcessus thérapeutiquesLa pleine conscienceFORMATIONS Formations ANFE Formation IFE NancyAutres professionnelsDECOUVERTESA lire, à découvrirDes sites à visiter
Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Activités et médiations » Expériences signifiantes

Expériences cognitives

Expériences cognitives Zoom sur Expériences cognitives
"Le cerveau est en fait un organe qui construit des mondes plutôt que de les réfléchir

(FJ. Varela, invitation aux sciences cognitives, Paris seuil 1988)



La pratique d'une activité artisanale ou même créative, va engager les fonctions cognitives de la personne, présentes dans toute activité humaine. Elles vont permettre la planification, les capacités d'organisation et les stratégies nécessaires pour la pratique d'une activité. Ces expériences cognitives sont éveillées lors des apprentissages techniques nouveaux, lors des répétitions pour intégrer ces apprentissages pour pouvoir les utiliser, ensuite dans d'autres situations dans des transferts d'acquis. Elles vont permettre la prédiction (plan stratégies, organisation des étapes) avant l'activité et l'évaluation (comparaison, essais-erreurs, sentiment de réussite ou d'échec) après l'activité


Fonctions cognitives
La pratique d'une activité, va engager les fonctions cognitives de la personne, qu'il s'agisse:

  • des fonctions cognitives élémentaires (perceptions, motricité, émotions). Ces fonctions cognitives sont importantes pour mettre en place nos capacités à explorern éprouver et modifier le monde qui nous entoure. Toutefois, ces activités cognitives engagent aussi d'autres dimensions, et notamment la dimension subjective de la personne, son histoire personnelle qui influencent sa façon de percevoir et d'agir sur le monde extérieur. Elles sont explorées et développées dans les expériences perceptivo-sensorielles et dans les expériences gestuelles et motrices.
    (voir aussi expériences émotionnelles )
  • des fonctions cognitives dites de haut niveau qui sont les processus de traitement de l'information (raisonnement, mémoire, prise de décision, fonctions exécutives).
Les fonctions exécutives sont les fonctions cognitives les plus évoluées.Les fonctions cognitives sont en fait présentes dans toute activité humaine, quelle qu'elle soit. Elles vont permettre la planification, les capacités d'organisation et les stratégies nécessaires pour la pratique d'une activité. Les fonctions cognitives vont être sollicitées durant la réalisation d'une activité, qu'elle soit manuelle ou créative, qu'elle propose la réalisation d'un objet concret ou non, qu'elle soit individuelle ou groupale. Dès lors que nous entrons en action, notre cerveau, notre intelligence sont sollicités, mais tout autant notre corps, nos sensations et nos ressentis les plus incarnés. La dimension cognitive de la personne ne se situe pas uniquement dans ses neurones...( Voir aussi Action et cognition, dans la section des processus thérapeutiques).

Inhibition, planification, flexibilité mentale, attention (sélective, soutenue, divisée)


Quelques questions à se poser:

  • Quelles fonctions cognitives sont impliquées dans cette activité?
  • S'agit-il de cognitions déjà utilisées, connues ou nouvelles?
  • Cette activité permet-elle un entrainement cognitif?
  • Permet-elle de développer des capacités d'adaptation? D'appropriation? D'innovation?


Apprentissage et technique
"L'intelligence ne se définit plus comme la faculté de résoudre un problème, mais comme celle de pénétrer un monde partagé"(FJ. Varela, invitation aux sciences cognitives, Paris seuil 1988)

Lors de la pratique d'une activité manuelle et artisanale, la notion d'apprentissage se pose rapidement puisque la plupart de nos patients n'ont pas toujours la pratique de telles activités dans leur vie quotidienne. L'apprentissage implique les fonctions cognitives. Il faut pouvoir, par exemple, pouvoir intégrer des directives, qu'elles soient orales, écrites ou sous forme de démonstration, que ces directives soient simples ou complexes. Il est donc nécessaire de pouvoir lire, interpréter des signes et des symboles. Pour apprendre une technique et pouvoir la reproduire, les processus cognitifs sont multiples, simples et de haut niveau. Les personnes doivent pouvoir comprendre les relations de cause à effet, avoir un minimum de pensée logique, pouvoir comprendre les consignes.

Le mode d'apprentissage le plus classique est le système d'essai-erreurs et le mode de résolution de problème est une référence fréquente. Les capacités d'intégration de la technique seront variables suivant les personnes, ainsi que leurs capacités à prendre des initiatives, proposer des innovations, des modifications ou des adaptations personnelles en fonction d'expériences similaires déjà vécues. Il est important aussi de savoir à quoi se réfère la technique pour la personne (suivant son imaginaire personnel, son histoire personnelle et culturelle).


L'utilisation d'une technique apprentissage peut s'inscrire comme la métaphore d'une mise en action possible, d'une part sur la matière d'autre part sur soi. Symboliquement, les messages implicites pourront faire expérimenter le fait de pouvoir transformer des parties de soi-même, de pouvoir organiser son psychisme ou encore de la nécessité d'un rythme. Enfin, des expériences des notions de dépendance ou d'indépendance pourront être vécues en lien avec la notion d'apprentissage donc de relation à un autre qui transmet quelque chose de son savoir faire. (voir expériences relationnelles )


Quelques questions:

  • Quel est le niveau d'exigence de la technique? Y a t'il nécessité d'un apprentissage? De connaissances intellectuelles (initiales, occasionnelles ou constantes)?
  • Quelles sont les procédures et les procédés techniques? Les outils utilisés sont-ils spécifiques ou polyvalents?
  • Quelles sont les possibilités offertes à la personne pour être en contrôle de la situation d'apprentissage? Ou durant la réalisation?
  • Quelles sont les nécessités d'organisation et de chronologie? Y a t'il une notion de répétitions, de délais d'attente, de rituels, de rythme?
  • L'ordonnancement des étapes est-il défini et inamovible ? Ou la personne peut-elle déterminer son projet à sa manière?
  • Quelle est la balance entre structure technique et créativité?


Prédiction, évaluation et "erreur"
Lors de la pratique d'une activité, en particulier de type manuelle ou artisanale, ou de vie quotidienne, il est important que le patient puisse prévoir non seulement l'objet qu'il va réaliser, en s'appuyant par exemple sur un modèle, mais aussi les étapes nécessaires à sa réalisation. Les fonctions exécutives sont donc engagées dans une telle démarche. Le déroulement chronologique et les étapes nécessaires à la réalisation doivent pouvoir être transmises clairement pour permettre une action prédéfinie, mais aussi reçues et comprises, ce dont nous devons aussi nous assurer.
Parfois, il est nécessaire de supporter un délai, une frustration, un ajournement qui doivent aussi être prévisibles à l'avance. Selon les procédés techniques, les délais et les attentes seront variables.

La notion de prévision engage la capacité à évaluer ses propres capacités, en fonction de l'activité proposée. Les personnes, parfois, ne sont pas capables de déterminer si l'activité proposée leur sera accessible ou non. Si les capacités ne viennent pas en regard du niveau d'exigence, il y a alors un risque de démotivation et d'échec. Classiquement, nous entendons alors dire qu'il conviendrait d'éviter les situations d'échec à nos patients, déjà malmenés par tout ce qui leur est arrivé préalablement. Ce souci légitime s'appuie sur une analyse de la situation selon un mode scolaire qui nous est familier: réussir ou pas.

Mais y a t'il une autre façon de voir? Il est en effet possible d'apprendre de nos erreurs. Entrer dans une philosophie de ce type, va nous conduire à ne pas uniquement penser en termes d'effacement de ce qui dérange, ce qui équivaudrait à une modalité de refoulement, de négation, de refus de se pencher sur ce qui pose problème de façon psychique. Symboliquement, le fait de permettre à la personne de se confronter et de supporter les erreurs est garant pour elle, de pouvoir découvrir comment métamorphoser ses propres échecs, erreurs, difficultés, vécus psychiques ressentis comme négatifs



Quelques questions:

  • Dans quelle mesure les résultats et la nature de ces derniers peuvent être prévus?
  • Y a t-il des étapes techniques précises? Sont-elles complètement définissables verbalement ? Par écrit?
  • Quelles sont les modalités de prévision ? (plan, modèle, action prédéfinie)
  • Possibilité de contrôler le déroulement de l'activité en fonction du comportement du patient?
  • L'activité nécessite t-elle un délai? Une attente? Un ajournement?
  • La notion d'attente vis à vis du résultat est-elle nécessaire? Possible? Impossible?
  • Dans quelle mesure la structure, l'équipement et le matériel minimisent les chances d'échec?
  • Y'a t'il possibilité de corriger des erreurs? De répéter l'action pour l'intégrer?



Les écrits de ce site sont la propriété intellectuelle de sa créatrice et n'engagent qu'elle.
Il est possible d'utiliser tout ou partie des élaborations proposées, en citant vos sources.

Merci d'avance d'en respecter l'esprit.





| |
Ergopsy - 2015
Infos légales